brgmonema 

Diagnostic territorial multi-pressions

L’identification des pressions exercées sur le territoire, c’est-à-dire la caractérisation des sources de contamination (localisation, type de substances utilisées et quantités épandues…), est une information déterminante pour permettre le bon positionnement des actions de protection, tout en ciblant évidemment les zones les plus vulnérables aux transferts vers le milieu aquatique.

Cette caractérisation s’appui sur un diagnostic territorial dit multi-pressions (DTMP). Il s’agit d’un document propre à chaque territoire qui doit permettre de :

  • caractériser les pratiques et les systèmes de production au regard des enjeux environnementaux identifiés sur le territoire (identification des pratiques et systèmes à risques) ;
  • spatialiser et hiérarchiser les pressions d’origine agricole (DTPA, [MEDDE, 2010]) et non agricole à l’origine d’une dégradation d’un milieu ou d’une ressource ;
  • recenser les actions déjà conduites sur le territoire, en dresser le bilan, identifier les marges de manœuvre disponibles et délimiter les zones d’action pertinentes ;
  • proposer les lignes directrices des mesures à mettre en œuvre sur les zones d’action.

En complément, le DTMP sera susceptible de fournir certains éléments en mesure d’aider à l’optimisation d’un réseau de surveillance et de suivi de l’état du milieu en identifiant les substances utilisées sur le territoire et donc potentiellement présentes dans l’eau prélevée.

Comme pour tous les autres documents relatifs aux études préalables, une attention particulière doit être portée aux données recueillies, à leur référencement, leur partage, aux incertitudes qui y sont attachées, ainsi qu’à la nature des méthodes et outils ayant servi à leur acquisition.

Si les spécificités territoriales peuvent conduire à une hétérogénéité des documents produits, certaines informations minimales doivent cependant figurer dans chaque DTMP. Il s'agit :

  • des principales données relatives à l'occupation des sols,
  • des principales données relatives à la caractérisation des systèmes agricoles présents sur le territoire (nombre d'exploitations, pratiques agricoles au sens large...),
  • de la cartographie des zones d'actions pertinentes (en différenciant nature et importance des pressions).

Enfin, le DTMP doit être le fruit d’une démarche d’échange d’informations et de connaissances entre le porteur de projet, les diverses parties prenantes et la structure chargée de l’étude. En particulier, bien que l’étude de délimitation de l’Aire d’Alimentation de Captages et de sa vulnérabilité précède théoriquement le DTMP, il peut être néanmoins très profitable d’envisager, lorsque cela est possible, une collaboration entre les structures en charge de ces deux aspects, afin de s’assurer de leur bonne articulation.

Pour en savoir plus :

  • Bedu M., Gratecap J.B., Pucel F., Parnaudeau V., Reau R. (2016). Développer le diagnostic des pertes de nitrate dans les AAC en utilisant l’outil de modélisation Syst’N - Synthèse de l’application sur 9 territoires contrasté. Rapport INRA-Onema, 33pp. Télécharger

  • Bouty C., Martin P. (2016). Analyse des dynamiques de parcellaires d’exploitation à partir du RPG - Exemples de mise en oeuvre et de validation de la méthode implémentée dans RPG Explorer. Rapport INRA-Onema, 33pp. Télécharger

  • Levavasseur F., Bouty C., Martin P., Scheurer O. (2016). RPG Explorer - Notice d’utilisation. Rapport INRA-Onema, 149 pp. Télécharger

  • Levavasseur F., Martin P. (2015). Analyse du Registre Parcellaire Graphique avec RPG Explorer- Exemples d’application sur des Aires d’Alimentation de Captage. Rapport INRA-Onema, 127 pp. Télécharger

  • MEDDE (2010). Memento pour la réalisation d'un diagnostic territorial des pressions agricoles (DTPA). 13pp. Télécharger

Haut de page / Article suivant