brgmonema 

Méthodologie pour le choix des actions

Le choix des actions de protection à mettre en œuvre implique une réflexion conjointe sur l’emplacement le plus pertinent pour la mise en place de ces actions et le type d’action(s) à mettre en place (quelle action sera efficace ?).

Concernant le premier point, le risque de contamination résulte du croisement entre la vulnérabilité du milieu et les pressions exercées. A titre d’exemple, le risque de contamination d’une zone sensible au ruissellement sera plus élevé si celle-ci est occupée par une zone cultivée et traitée que si elle correspond à une zone boisée. Le positionnement des actions devra donc cibler en priorité les zones où les deux facteurs de risque se conjuguent. Il sera également nécessaire d’identifier les zones où les pratiques actuelles doivent être préservées pour éviter l’apparition de nouveaux problèmes.

Evidemment, le positionnement des actions est également assujetti au choix des actions lui-même ainsi qu’à la stratégie générale du programme d’action à l’échelle de l’AAC (par exemple sera-t-il préférable de privilégier des actions fortes mais localisées ou des actions plus modérées mais élargies à l’ensemble du territoire ?). Ce choix repose en premier lieu sur les objectifs fixés en rapport avec la nature de la contamination (notamment selon le(s) type(s) de substance détecté(s) au captage) mais aussi le type de transfert que l’on souhaite maîtriser. Les contraintes d’aménagement de l’espace et l’acceptabilité du point de vue des changements de pratiques au sens large doivent également être prises en compte. Cette multiplicité de paramètres rend difficile l’établissement d’un protocole unique pour la définition des actions pertinentes. Celui-ci doit avant tout s’adapter au contexte local, après concertation entre les différents acteurs concernés et en s’inspirant éventuellement des retours d’expérience relatifs à la mise en œuvre d’actions sur des territoires analogues.

Pour en savoir plus :

  • Levavasseur F., Martin P. (2016). Construction de scénarios d'évolutions des territoires agricoles intégrant les dynamiques locales. Rapport INRA-ONEMA, 34pp. Télécharger
  • Pannetier M., Martin, P. (2016). Bilan de la concertation sur la qualite de l’eau sur l’AAC du Vivier suivant la de marche Co-Click’Eau. Rapport INRA-ONEMA, 19pp. Télécharger
  • Vernoux J.F. (2015). Revue des outils de modélisation du transfert des nitrates et pesticides pour la protection des captages d’eau souterraine. Rapport BRGM-Onema, 143pp. Télécharger
  • Barrez F., Wibaux V., Le Henaff G., Vernoux J.F., Carluer N., Catalogne C. (2013a). Aide quant à l'optimisation des actions pour protéger un captage : méthodologie de choix d'actions pertinentes en fonction des typologies de transfert sur une AAC. Rapport Irstea/BRGM-ONEMA, 29 pp. Télécharger

Haut de page / Article suivant